Attention, ça pique à la Pointe : frelons asiatiques !

Publié le 20 novembre 2013 par dans Environnement, La Pointe, On est bien, Sur le terrain, Tourisme, YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

Un danger sur la voie publique ?
inutile de contacter la mairie de Bouchemaine !

 

Il y a 4 semaines, dimanche 27 octobre, je me rendis compte que juste en face de chez moi se trouvaient une quantité impressionnante de frelons asiatiques. Intéressés par une haie en fleurs et par les abeilles elles-mêmes attirées par ces fleurs, ces frelons d’importation voletaient allègrement au dessus de cette haie, du trottoir pavé et de la rue des Saulniers à la Pointe…

Pour en avoir le coeur net, pour ne pas crier au loup par erreur, je me saisis d’un appareil photo relativement performant… et les clichés et vidéos prises à distance furent sans appel : on avait bien une colonie de vacances frelons asiatiques, reconnaissables par leurs pattes jaunes et l’anneau coloré à l’extrémité de leur abdomen (oui, je suis AUSSI prof de S.V.T. à mes heures).

frelon asiatique à Bouchemaine
Frelon asiatique dégustant son dessert, après avoir dévoré une abeille ou deux

Du coup, je me suis dit qu’il serait bon de prévenir la mairie de Bouchemaine, qui ferait un constat, prendrait une décision… bref ! ferait ce qu’elle devrait faire en pareille situation. Je téléphonai donc à la mairie : 02 41 … le serveur vocal me donna le 06 (les jeunes disent « donne-moi ton 06 ») de l’élu d’astreinte que je connaissais déjà. Vas-y (les jeunes disent aussi « vazi ») pour un appel sur la ligne anti-relou de l’élu d’astreinte de Bouchemaine. Je me demandais qui allait bien pouvoir me répondre : Madame le maire en personne ? un adjoint ? une adjointe ? En fait, ni l’une ni l’un ni l’autre : ça ne répondit pas, du moins pas une personne physique, mais le répondeur. D’où l’intérêt d’un mobile confié à un élu d’astreinte.

Je vous entends d’ici dire « ouiiiii, il exagèèèèère, un dimanche matiiiin ! » A ceci je réponds : j’ai appelé à 11h20 et ce n’était pas le jour de l’an.

Déçu d’avoir été contraint d’exposer brièvement la situation à une machine abandonnée, j’en profitais pour appeler le propriétaire de la fameuse maison à la haie remplie de frelons ninja. A 13h, alors que j’étais en train de manger, le téléphone retentit : je ne réponds habituellement pas au téléphone lorsque je mange, mais je nous sacrifiai, moi et mon plat chaud… C’était bien évidemment l’élu(e) d’astreinte qui me rappelait après sa sieste. Tout ce que j’en retirai fut la proposition consternante « Je préviendrai la mairie demain, elle fera sûrement un courrier au propriétaire ». #NOCOMMENT

Démenti de dernière minute : l’élu d’astreinte ne faisait pas sa sieste… mais était tranquillou bilou au cinoche en train de manger du pop corn ce dimanche matin, quand j’ai appelé ce numéro d’urgence #ToutVaBien

48 heures plus tard, sans nouvelle de la mairie pour qui mon alerte rouge message avait dû tomber dans le trou aux oubliettes, je me décidai à produire un petit papier (80) d’information à destination de mes voisins, de la rue des Saulniers à la rue Bescherelle en passant par Chantourteau, la rue des Pivins et autres impasses. Par citoyenneté, j’en profitais pour rappeler à mes voisins de ne plus faire les cons avec les pavés qui se font la malle.

information citoyenne qui bourdonne
Faire le travail d’information à la place de la mairie, ça me file le bourdon !

Plusieurs habitants de la Pointe ont réagi à mon message, certains venant même spontanément jusqu’à mon domicile pour parler de ce problème d’insectes nuisibles, dont on ne savait toujours pas où était situé le nid… Parallèlement, j’avais contacté la Maison des Chasseurs pour les informer de la présence de frelons asiatiques. On m’a répondu qu’un contact serait pris avec la commune de Bouchemaine à ce sujet. A ce jour, le froid arrivant, les frelons pensent sans doute à entrer en phase d’hibernation. Ils se réveilleront au printemps, plus tôt que les frelons européens. Souhaitons que des mesures soient prises afin qu’ils ne prolifèrent pas sur Bouchemaine, du fait de l’inaction de certains.

Ce que je reproche à la municipalité :
l’élu d’astreinte n’a pas pris la peine de se déplacer sur la Pointe pour procéder à un constat → EN FAIT, SI ! 4 mois plus tard, l’adjoint au Maire qui était d’astreinte ce dimanche, m’a appris avec certitude qu’il s’était bien déplacé le jour même, pris des photos pendant que les frelons asiatiques piquaient un somme, puis informé l’administration communale…
– à ma connaissance, personne de la municipalité ne s’est déplacé dans des délais raisonnables non plus → l’élu d’astreinte s’était déplacé le jour même, mais aurait pu, me semble-t-il, sonner à ma porte située à 10 mètres des frelons qu’il a photographiés pour m’informer de son constat, pour qu’on en discute 5 minutes : un adjoint que je connais très bien, avec qui j’ai travaillé quelques années lorsque j’étais élu… ça pique un peu, non ?
– je n’ai eu aucun retour d’information, alors que j’ai pris la peine d’informer la mairie d’un problème de sécurité publique qui nous concernait, moi, mon épouse, mes enfants et nos voisins très directement → ça, c’est 100 % VRAI et 200 % ANORMAL !
– les habitants de la Pointe n’ont pas eu non plus la moindre information de mise en garde de la part de la mairie, alors qu’il était très facile de le faire par un papier glissé dans le bulletin municipal N°22, distribué sur la Pointe mercredi 30 octobre.

En conclusion, on peut juger que la municipalité de Bouchemaine peut parfois être réellement peu efficace, allons même pour dire désorganisée sur certains points.
Alors lorsqu’on nous parle sans arrêt de démocratie participative et d’écoute des habitants… pour la mairie de Bouchemaine, ces temps-ci, c’est :

Cause toujours, tu m’intéresses !

 

Une Réponse pour “Attention, ça pique à la Pointe : frelons asiatiques !”

  1. Virgile 1 mars 2014 à 2 h 37 min #

    Je déterre ce vieux dossier. Des nouvelles fraîches du front => on m’a dit très récemment que j’aurais MENTI !

    « Mentir » c’est un mot fort : il y a plusieurs définitions, mais on pourrait retenir « affirmer des choses que l’on sait être fausses ».

    Moi, je ne dirais pas que celui qui m’a dit ça a menti, je dirais qu’il se trompe. La désinformation, ce n’est pas ma tasse de thé, mon fond de commerce, ma came. En revanche, le dialogue, l’écoute, la gestion de l’information à savoir le « FEED-BACK », « TENIR INFORMÉ » ou « RENDRE COMPTE » ça, ça me parle.

    En conclusion : bourdonnez, y’a rien à voir !

    (rectifications en rouge)

    VN:F [1.9.22_1171]
    Bilan +/- : +2 (2 votes)

Répondre